Inspiration

Un ressenti de dégoût

Mercredi soir, un vide et une sensation de fin avec le sentiment d’un profond dégoût, d’un écoeurement.

Mais de quoi suis-je dégoûtée ?
Et j’entends en moi : « de l’espèce humaine ».

Une immense tristesse m’envahit et je pleure. Je pleure sur la Terre, sur tous les êtres vivants qui nous entourent et aussi sur la souffrance et la destruction que peut générer l’être humain.

Cela fait tellement longtemps que je n’ai pas ressenti cela. Et ce matin, je l’ai partagé.
J’ai lu à plusieurs reprises le mot « jugement » alors que je parle de ressenti.
Je nomme mon ressenti, c’est tout et je ne me sens pas entendue.

Les gens écoutent-ils vraiment ce qui se dit à travers mes mots ?

Je choisis de rester avec ce ressenti en moi et je le transporte dans les travaux d’aménagement que mon mari et moi faisons dans la maison.
Parce que je sais que ces ressentis-là ont toujours besoin de matière alors je mets les mains dedans pour voir ce qui se construit.

Toute la matinée puis presque toute l’après-midi à mesurer, à placer de la laine de verre et des plaques de placo au plafond.
Je suis fatiguée mais c’est toujours là.

Pourtant c’est différent parce que je sais ce qui est là. C’est la réouverture des portes. Des portes que j’ai volontairement refermées pour être tranquille, pour ne plus trop ressentir, entendre ou voir.

Parce que la médiumnité n’est pas toujours un cadeau contrairement à ce que beaucoup de monde croit.

L’accueillir à nouveau dans ma vie, c’est aussi accueillir cette extra-sensibilité qui va avec où je peux trop ressentir la souffrance et toutes les violences qui explosent dans ce monde.

Ce n’est pas toujours simple d’être un intermédiaire et de capter. Parce que cette réceptivité peut être trop forte et difficile à gérer.

Et là où certaines personnes voient du jugement, je ne mets que des mots sur un ressenti profond qui revient régulièrement pour me rappeler ce que je suis et ce que je porte.

Je ne leur en veux pas, c’est à moi d’entendre.