Articles

Lettre à ma femme guerrière

 

J’ai eu à me battre face à un père qui n’arrêtait pas de me dire que j’étais nulle et que je ne réussirais jamais rien.

J’ai eu à me battre pour lui montrer qu’il avait tord.

J’ai eu à me battre pour réussir.

J’ai longtemps porté les armes. J’ai fait du tir et j’ai manié le sabre aussi.

J’ai eu à me battre quand je me suis effondrée psychiquement et physiquement.

J’ai eu à me battre pour m’en sortir et me reconstruire autrement.

J’ai eu à me battre pour vivre et ne pas mourir.

J’ai eu à me battre quand je me suis séparée de mon ex-mari.

J’ai eu à me battre contre cet homme qui n’acceptait pas que je divorce, qui m’a prise à la gorge, qui m’a balancée contre un radiateur, qui a dirigé son poing vers mon visage et qui a refait ce geste trois fois.

J’ai eu à me battre pour mettre en place une voie professionnelle qui démarrait de zéro.

J’ai eu à me battre pour protéger ma vie et mon équilibre.

J’ai eu à me battre pour vivre au mieux et me reconstruire.

Pour réussir quoi ? A être forte et à ne pas tomber.

Ces mots, je te les adresse à toi, la guerrière et la combattante, celle qui a toujours été là et sans qui je n’aurais pas pu me sortir de tout çà.

Je te remercie infiniment pour ton soutien indéfectible, pour ton énergie, ton audace, ton courage et ta persévérance.

Sans toi, où serais-je aujourd’hui ?

Je t’adresse ces mots pour te dire tout l’amour que je te porte et combien ton aide a été importante pour moi.

Aujourd’hui, je n’ai plus besoin de cette énergie-là. Je n’ai plus à me protéger, à survivre, à rebondir, à assurer pour deux ou pour trois, à prendre soin de qui que ce soit mis à part moi et j’ai construit un chemin sur lequel j’ai envie de marcher simplement, librement et tranquillement.

Je sais qu’à n’importe quel moment où ce sera difficile, je pourrais t’appeler. Je sais que tu seras là, toujours présente en moi.

Pour l’instant, ce n’est plus le cas et tu peux aller déposer les armes et te reposer. Il n’y a plus de combat. J’aspire à autre chose et à une énergie plus tendre dans ma vie.

Et je te demande de laisser la place à cette énergie là pour qu’elle s’installe, pour que vous cohabitiez ensemble sans que l’une prenne le dessus sur l’autre.

Merci pour ta présence et merci pour ton retrait aussi. Aujourd’hui, je n’ai plus envie ni de violence, ni de feu, ni d’agressivité. J’aspire à autre chose de plus doux et d’équilibré.

Avec toute ma tendresse pour toi, cette part de moi.