Être,  Extrasensibilité,  Médiumnité

L’ère du Verseau

C’est drôle ce que vous pouvez vérifier parfois dans votre vie au fur-et-à-mesure qu’elle s’écoule.

J’approchais de la trentaine quand j’ai entendu pour la première fois parler de l’ère du Verseau : une soi-disant époque à venir où la spiritualité prendrait tellement d’ampleur que l’on ne saurait plus reconnaître le bon grain de l’ivraie. On me disait qu’à cette période-là, il fleurirait des tas de gourous, des choses les plus bizarres les unes que les autres et que ça pouvait basculer autant dans du bon que du mauvais, suivant ce que les êtres humains en feraient.

Je vous avoue qu’à cet instant de ma vie, je voyais plutôt cette annonce comme un truc New Age de plus et je n’y ai pas prêté attention plus que çà en sachant que je ne le verrais sûrement jamais.. Et pourtant…

Dernièrement, en discutant avec une amie, elle me faisait part que certaines choses partaient en vrille dans le réseau où elle était et qu’elle voyait de plus en plus d’ésotérisme fleurir autour d’elle, comme si les femmes ne savaient pas faire autre chose que de se proclamer guérisseuses, sorcières ou médiums. Et en effet, c’est quelque chose que j’observe aussi depuis quelques années. Qui ne veut pas paraître extraordinaire pour exister, attirer et vendre ?

De tous temps, les médiums ont existé tout comme les sourciers, les rebouteux, les chamans, les voyants…. Mais généralement, ces gens n’avaient pas besoin de s’afficher pour faire ce qu’ils avaient à faire. Le bouche-à-oreilles suffisait et suffit encore d’ailleurs. Ceux qui ont vraiment ce talent ne le crient pas sur les toits parce que, comme je vous le disais dans d’autres articles, c’est loin d’être toujours génial d’avoir ce don-là et quand ça nous laisse tranquille, ça fait du bien aussi.

Depuis quelques années, je ne sais pas ce qui se passe chez bon nombre de femmes (peut-être un besoin de reconnaissance ?) mais vous voyez des « sorcières blanches » apparaître ou des « sorcières » tout court aussi. L’intuition est à la mode pour des choses agréables. Vous remarquerez qu’elle conduit rarement vers des zones plus sombres. Tout le monde tire les cartes à tout le monde, fait tourner son pendule, parle avec les anges ou autre chose.

On vous gargarise de spiritualité en vous parlant de l’âme, de chamanisme, d’invisible, de cinquième dimension, de quatrième oeil, de trucs plus déjantés et qui vont crescendo, tout çà pour vous amener où ? Bien souvent à acheter un service qui ne peut que révolutionner votre vie parce que, forcément, c’est EXTRAORDINAIRE.

Alors oui, je vous avoue que c’est difficile de se trouver au milieu de cette jungle ésotérique. D’autant plus que l’ésotérisme n’a rien à voir avec la spiritualité et que là-dedans, quand ça explose, c’est très destructeur autant pour celui qui pratique que pour celui qui est en lien avec le pratiquant. Et çà, tout le monde s’en fiche et on continue à distiller sa poudre de perlimpinpin en y croyant dur comme fer sans se soucier de ce que l’on touche vraiment et de ses conséquences.

Nous voici donc dans l’ère du Verseau, cette fameuse période où la lumière émerge de partout, le dialogue du coeur et de l’amour également sauf que derrière tout cela, c’est un marasme de personnes qui souvent n’ont pas grand-chose ou ne sont rien, mais le font croire à d’autres tellement elles en sont persuadées elles-mêmes. Et c’est là que ça devient dangereux.

C’est dangereux parce que l’on ne sait plus quel mot employer tellement ils perdent du sens : bienveillance, âme, invisible, médiumnité, intuition, guérisseuse, chaman… tous ces mots qui ont du sens quand ils sont remis dans leur contexte mais qui ne veulent plus rien dire à force d’être employés pour nommer n’importe quoi ou n’importe qui dans la jungle du business.

Ce qui se passe actuellement n’est pas nouveau. A chaque période de chaos où les gens se sentent mal et ne savent plus vers qui ou quoi se tourner, les gourous émergent, la spiritualité bat son plein et toutes sortes de techniques arrivent sur le marché. Et le pire, c’est que tout le monde s’y engouffre joyeusement sans vérifier quoi que ce soit en croyant que tout va se résoudre d’un coup de baguette magique. Je suis toujours surprise que ça n’évolue pas. On vous fait miroiter un miracle et hop, vous y allez. On vous agite sous le nez des titres transcendants et magiques et paf, ça ne peut être que génial. On vous dit que vous pouvez le faire et vous admirez tout de suite la personne qui vous le dit. Un peu comme la pub de la lessive qui lave plus blanc que blanc à la télé quoi !

Quels conseils pourrais-je vous donner pour ne pas faire partie de cette horde de zombies face à ces vendeurs de rêves ?

En 1, prenez votre temps.

Prenez le temps de suivre une personne, de la lire, de l’écouter, de la rencontrer et de vous faire votre propre opinion (n’y passez pas 5 ans non plus). Ce n’est pas parce que votre copine la trouve géniale que c’est le cas. Ce n’est pas parce qu’elle est fascinée par quelque chose que vous devez l’être aussi.

En 2, travaillez sur vous-même.

Plus vous allez travailler sur vous-même avec un bon accompagnant (qu’il va falloir trouver aussi), moins vous allez tomber dans certains pièges. Votre besoin de reconnaissance va s’amoindrir avec le temps et toutes les démarches que vous ferez seront faites avec justesse et non plus animées par un émotionnel ou un vide latents qui vous font faire de mauvais choix. Arrêtez d’avoir peur de vous confronter à vous-même, je vous le répète, vous n’êtes pas un monstre et personne ne va vous manger. Si vous trouvez le bon accompagnant pour vous aider dans cette démarche, n’hésitez pas, contactez-le. Vous vous enlèverez une grosse épine du pied et vous avancerez beaucoup mieux.

En 3, faites attention à ces titres bizarres.

Je vois des accroches de business où je me demande vraiment ce que ça veut dire et si la personne elle-même sait ce qu’elle porte. On veut tellement se démarquer que ça devient parfois du n’importe quoi. Honnêtement, vous pouvez être très bien accompagnée dans votre orientation personnelle, professionnelle et entrepreneuriale sans que la personne soit sorcière, chamane ou médium. J’ai mis longtemps à parler de ma médiumnité à cause de cela parce qu’elle s’est toujours exercée au sein de mon activité sans que les gens s’en rendent compte. J’en parle un peu plus maintenant parce qu’elle évolue et qu’il devient difficile de la cacher. J’aimais bien bosser dans l’ombre finalement.

Et en 4, faites fonctionner votre libre-arbitre.

Même au sein d’un accompagnement, il est important pour moi que la personne ne boive pas mes paroles comme dans un évangile. Elle a le droit de ne pas être d’accord pour mieux se resituer et trouver cette justesse dans sa vie à elle. Elle ne se laisse pas mener par le bout du nez. Et de toute façon, si c’est le cas, je vais aller la secouer et la tester pour qu’elle réagisse.

Alors oui, vous pourriez penser : <<Mais elle est folle, elle est en train de scier la branche sur laquelle elle est installée !>>.

Je ne scie rien du tout parce que cela fait partie de mon activité de vous alerter et je ne cherche pas à vous vendre quoi que ce soit en vous disant que ça va être merveilleux ou de l’ordre de la cinquième dimension. Je ne peux pas rester sans réactions devant tout çà surtout quand je vois que ça peut apporter encore plus de souffrance aux gens.

Alerter ne vous empêche en rien de faire vos expériences de toute façon. L’essentiel, c’est que je fasse mon job. Ce que vous faites de cette alerte vous appartient.

Je vous souhaite une belle journée !

PS : Vous verrez que j’emploie aussi certains mots comme « éclaireuse », « guérisseuse »…. mais les vraies se reconnaîtront. Et puis, je n’ai pas le choix. Même s’ils sont employés à tort et à travers, ils ont aussi un sens quand ils ne sont pas dénaturés. A vous d’aller vérifier et de faire la différence.