Photo by William Bout on Unsplash
Articles

Lâcher-prise et inconfort

 

Tout commence par l’inconfort et la souffrance.

Puis vient la prise de conscience :

– j’en ai marre de ce job
– raz le bol de cette vie
– j’ai vraiment l’impression de ne servir à rien
– mais qu’est-ce que je fous là ?
– ça n’avance pas et ça m’épuise
– c’est toujours compliqué
– mes parents me gonflent
– …… et bien d’autres encore ……

Si ces pensées tournent dans votre mental et si vous vous surprenez à dire ce type de phrases tout haut, c’est que vous êtes déjà dans cet inconfort et cette souffrance.
Vous y êtes depuis quelques semaines, voire des mois ou des années. Et ça ne lâche pas.

Ne fuyez plus dans la recherche de solutions immédiates en vous dispersant partout, cela ne sert à rien.

Posez-vous. Tranquillement. Un moment rien qu’à vous où vous allez prendre le temps qu’il faut même si ça dérange les autres.

Remettez-vous au centre de votre vie. Sur une chaise dans votre cuisine, sur votre canapé, sur votre coussin de méditation, dans la nature au bord de l’eau ou dans un pré, sur le banc d’une église ou dans un temple.
Qu’importe l’endroit, posez-vous en silence en votre compagnie.

Avant de chercher quoi que ce soit, observez.

Observez cet état de mal-être. Sentez dans votre corps ce que cela produit.
Accueillez vos émotions.

Accueillez-vous. Accueillez votre souffrance. Accueillez cet Être qui souffre en vous.
Parce que, si cet inconfort est là, c’est qu’il a quelque chose à vous dire.
Alors écoutez-le et notez tous les mots et toutes les phrases qui s’élèvent. Notez tous les cris et ne vous censurez pas.

Tant que vous n’aurez pas fait cela, tant que vous n’aurez pas reconnu votre souffrance sans la juger, vous ne pourrez pas vous diriger vers le lâcher-prise.

Voilà ce que j’ai envie de vous dire aujourd’hui suite à la semaine du lâcher-prise qui se déroule sur Facebook.
Je vous embrasse