Articles,  Être,  Médiumnité

Être médium ne veut pas dire devenir sainte.

Dernièrement, j’ai discuté avec deux femmes qui m’ont dit avoir ressenti beaucoup de colère chez moi à travers ce que je transmets.

Bien sûr que j’ai de la colère en moi parce qu’avant tout je suis un être humain. Et un être humain qui me dit qu’il n’est jamais en colère ou qui ne le montre pas, c’est une cocotte-minute en puissance qui menace d’exploser ou d’imploser. Et çà, ce n’est pas bon du tout.

Dans la seconde rencontre, j’entends en supplément : « Mais puisque tu es médium, tu devrais être plus tolérante ».

Quelle belle croyance et vision fausse de la médiumnité ! Je te remercie Hélène de m’avoir dit ces quelques mots pour pouvoir rétablir une perception erronée de la médiumnité.

Être médium, ce n’est pas tremper dans l’eau bénite toute la journée et pour notre vie entière. Aucun contrat n’a été passé entre ce qui m’a été donné et une quelconque contrepartie à rendre. On ne m’a pas demandé de me faire nonne, ni d’aller à la messe ou de lire la bible tous les jours.

Tout simplement parce que la médiumnité n’a rien à voir avec un quelconque dogme religieux. On ne m’a pas dit :<< Si tu n’es pas gentille et tolérante, on t’enlèvera ton don >>. On ne m’a pas dit de montrer de moi une belle image aseptisée de médium pour attirer le client Parce que, des soi-disant médiums comme çà, vous allez en trouver de plus en plus.

C’est vrai que c’est bien plus vendeur d’apparaître sage, spirituelle de façon lisse et sans émotion dérangeante. Regardez comme je suis une bonne médium parce que je me comporte comme telle.

Il n’y a aucun comportement approprié à tenir quand on est médium. Ce don n’est pas offert juste aux gens bien pensants et propres sur eux. Vous pouvez l’être même si vous avez un léger penchant pour la bouteille ou la bonne chair et parler cru.

Je me suis aperçue que ce que les gens perçoivent comme de la colère chez moi, c’est bien souvent que je parle d’une façon directe. Je vais à l’essentiel sans vous perdre dans une quelconque relation de séduction. La médiumnité que je pratique est celle-là : on m’emmène à la source du problème et on me transmet les moyens pour le résoudre.

De toute façon, je n’ai rien à vendre et même si c’était le cas, je resterais celle que je suis, sans filtres. Si je commence à mettre des filtres, en faisant comme ceci ou comme cela parce que ça fait bien, je ne vais plus recevoir, je vais me couper de mon don. C’est ce qui est arrivé quand j’ai commencé à rentrer dans le monde de l’entrepreneuriat.

Dans ce monde, il faut paraître, apprendre à se tenir ou à parler pour une conférence, pour démarcher, pour attirer et pour durer. Il y a une façon d’écrire, une façon de construire un tunnel de vente, une façon de cibler…

En fait, s’il y a bien un endroit où je me suis perdue moi-même, c’est dans ce milieu-là et plus rien ne pouvait passer. Ce fut très souffrant pour moi d’être coupée de ma source.

Alors oui, je suis médium et je suis intolérante vis-à-vis de certaines choses notamment de la violence gratuite, de la manipulation humaine, de la bêtise et de tout un tas de choses qui vont à l’encontre de ce qui me constitue. Et personne ne vient me taper sur la tête ou me menace d’aller en enfer. Il n’y a bien que les êtres humains pour croire tous ces trucs-là en fonction de leurs propres croyances et de leur éducation religieuse. D’ailleurs, lorsque je transmets, ce n’est pas toujours du béni-oui-oui. Et lorsque l' »on » vient me botter les fesses, « on » ne vient pas me demander si ça me plaît ou pas. Il y a çà à faire envers telle personne, je le fais, c’est tout.

Je me rends compte que beaucoup de personnes sont dans une perception illusoire de la médiumnité. Et c’est normal quand on regarde et que l’on lit tout un tas de trucs sur le web et surtout les réseaux sociaux. Tout ce qui y est montré en majeure partie, c’est l’aspect merveilleux et vous voyez des soi-disant « médiums » qui sont toujours au top du top avec un langage angélique et doucereux tout comme toutes celles et tous ceux qui vous gargarisent au spirituel. Et vous finissez par croire que pour être médium il faut être un être spirituel hautement réalisé ou que lorsque l’on est médium, on n’a pas le droit de s’exprimer comme le commun des mortels.

Sauf que… Nous sommes comme le plus commun des mortels. En tous les cas, je ne ressens aucune auréole au-dessus de ma tête. Être médium ne nous confère aucun pouvoir, ni être au-dessus des autres, bien au contraire. Cela demande beaucoup d’humilité et une hygiène de vie pour continuer à être « au service de ».

Chacun et chacune a cette responsabilité de suivre sa voie. Si elle doit passer par des charlatans, c’est OK, c’est qu’il y a à entendre et comprendre des choses. Cela m’est arrivé pour pouvoir mieux me situer.

Maintenant, en ce qui me concerne, je préfère un médium au franc-parler qui va me dire qu’il ne peut rien faire ou ne ressent rien plutôt qu’un « médium » qui va me dire que ça ne lui arrive jamais, qu’il sait et sent tout et qu’il a une intuition infaillible. Et je ferai aussi attention à sa façon d’être.

En résumé, je suis médium tout comme je pourrais vous dire que je suis une grande cantatrice. C’est un talent comme un autre qui fait de moi avant tout un être humain sur un chemin d’évolution que j’ai choisi de faire.

Je ne me coupe d’aucunes de mes émotions. Si je faisais cela, je ne pourrais pas écouter, accueillir et accompagner les autres comme je le fais depuis toutes ces années.

La colère est l’émotion principale qui me régit. Nous sommes tous constitués ainsi. Cette émotion véhicule mon énergie et elle m’aide à sortir les gens de leur souffrance. Alors, c’est une belle émotion si elle est bien utilisée et je n’en ressens aucune culpabilité.

Mais il faut avoir fait un peu de travail sur soi et un bon bout de chemin pour en arriver là. Je n’ai donc à avoir aucune honte d’exprimer cette énergie. Elle aide les autres et elle me montre la voie du travail que j’ai encore à accomplir.

Amicalement

crédit photo pixabay.com
Commentaires fermés sur Être médium ne veut pas dire devenir sainte.