Être

Arrachement

Encore un mot surgi de nulle part mais Ô combien d’actualité dans ma vie en ce moment.

Je vis des pertes depuis de nombreuses années. J’ai perdu beaucoup et parfois ce fut vraiment douloureux.

Voilà quelques années que je n’avais pas traversé ce type de passage où vous finissez par tout laisser tomber tellement il n’y a plus rien à récupérer ni à penser. Cela s’est produit à l’équinoxe de ce printemps, sans crier gare, de façon intensive et je suis dans un état de dépouillement tel que je me fiche de tout ce qui peut se passer autour.

Dans ces moments-là, vous ne savez pas ce qui va rester, s’il vous reste quelque chose. J’ai  cette impression que quelqu’un est passé en courant d’air et m’a tout arraché. C’est vraiment le terme qui est présent en ce moment : l’arrachement.

D’ailleurs, je ne sais pas si c’est pour lui donner forme mais j’ai pris vraiment un immense plaisir à arracher le grand tapis de l’entrée de la maison qui était collé au scotch double-face et à nettoyer l’entrée pour la dégager. J’en avais assez de voir cette entrée qui ne ressemblait à rien et qui était loin de faire propre. J’ai aussi arraché le papier peint du couloir qui nous sortait par les yeux à mon mari et moi. Pour ces deux points, ce fut jubilatoire pour moi. C’est là aussi que vous vous rendez compte de tout ce que vous pouvez laisser en plan dans une maison et ne plus vous en soucier jusqu’au jour où… ce n’est plus possible de continuer.

J’ai aussi enlevé sur ce site une flopée de pages qui n’ont plus de sens pour moi. Je vis tellement une sensation de vide que ça n’a aucune importance. J’ai juste envie de laisser l’essentiel, ce que j’écris et ce que j’ai envie d’écrire sans me soucier de ce que vont penser les gens.

Il y a quelques semaines, j’ai entendu de la part d’une personne que je devais faire attention à ne pas publier trop rapidement ce que j’allais écrire parce que les gens ne sont peut-être pas prêts à entendre ou lire ce que je vais afficher.

Pour avoir reçu et recevoir encore une multitude de messages, s’ils ne sont pas à transmettre, je ne les reçois pas. Je sais que lorsque je les reçois, c’est qu’ils ont à être transmis sinon je suis harcelée pendant tout le temps où je n’ai pas fait ce qu’il y a à faire.

Alors je sais depuis longtemps que si j’ai à écrire quelque chose ou à le dire c’est que c’est nécessaire. Il y aura toujours des gens qui se moqueront, qui ne voudront pas entendre et il y aura les autres, ceux qui sentent et qui savent, ceux qui ne se mettent pas la tête dans le sable en croyant que ça concerne les autres et que ce n’est pas pour eux.

Ce que m’a dit cette personne, c’est un test. Je connais bien, j’en ai eu souvent. C’est tout simplement pour voir ce que j’écoute : l’extérieur ou l’intérieur ? Est-ce que ça résonne juste ou pas ?

Je remercie donc cette personne pour avoir été la messagère de ce test qui me fait voir une fois de plus où j’ai placé ma confiance et mon engagement.

Je ré-ouvre donc ce site avec un dépouillement total notamment sur le plan business et financier mais je m’en fiche. Ce qui y reste, c’est l’essentiel et surtout ce qui va s’y trouver, c’est ma liberté de penser, d’écrire et de transmettre. Je le fais avant tout parce que je le ressens comme cela et non dans le but de toucher quelqu’un.

Je remets les choses à plat. Je me coupe de certaines personnes aussi, je ne m’inspire plus de qui que ce soit. Je me détache d’un flot de gens où je ne me reconnais pas et je n’y reste pas pour éviter de les froisser, je le fais parce que c’est nécessaire et non négociable.

Je vois le moins de personnes possible et je ne vais pas me noyer dans des activités pour me changer les idées. Au contraire, je m’isole et je savoure cette solitude dont j’ai besoin pour me retrouver et laisser du temps pour que ce qui s’effectue se fasse sans être parasité par quoi que ce soit ou qui que ce soit.

Je ne cherche pas à me justifier. C’est comme çà. Cela plaît ou pas, je m’en fiche royalement, ce n’est pas çà qui est important. Quelque chose se fait en moi dans cet arrachement et je le laisse faire sans chercher à savoir où ça me conduit et sans chercher à savoir quel temps cela va prendre.

Avant l’équinoxe, j’avais mis en place des prestations et des tarifs. Le 21 mars, tout était balayé, comme un tsunami qui s’abat sur la plage alors que vous êtes super contente d’avoir bien installé votre parasol, votre transat et l’huile solaire.Et que pouvez-vous faire face à un tsunami ? Rien. Il emporte tout sur son passage et ne vous demande pas votre avis. Tout ce qui était important à vos yeux il y a quelques minutes devient dérisoire ensuite quand vous vous rendez compte que vous êtes encore en vie.

Alors je me dis que je suis encore là et qu’il n’y a pas mort d’homme par rapport à ce qui a disparu de ce site.

Il faut dire aussi que je n’ai plus envie de me prendre la tête à savoir si c’est dans l’air du temps de faire ceci ou cela. La société dans laquelle je vis ne me convient pas et je n’ai plus envie de répondre à cette folie de consommation et de dispersion tout azimut. Je retourne donc au bon sens et au minimalisme. Là, je m’y retrouve.

Belle journée à vous